Les amis du Sinagot

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Goask Kankred

Imprimer

 

Le 23 septembre 2017, sous un chaud soleil, la désormais traditionnelle Goask Kankred (régate des écraseurs de crabes) a pu compter sur la participation de nos 3 sinagots (Trois Frères, Mab er Guip, Joli Vent) et de Crialéis le sinagot de l’Ile aux Moines.

 

 

Dès le matin, en nous offrant cette magnifique vue de carte postale

et un ciel vierge de tout nuage, Port Anna nous accueillait

sous les meilleurs auspices.

 

 

Après avoir récupéré les plates sur leur mouillage, nous partons vers la pointe Nord de l’ile d’Arz, lieu de rendez-vous pour le pique nique précédant la régate

                                                                              

 


 

 
 
 

Après cette navigation de courte durée, les bateaux se présentent à proximité de la cale de Béluré et prennent un mouillage. Puis Crialeis vient se mettre à couple de Joli Vent afin que tous les participants partagent le repas en toute convivialité. 

Adversaires mais l'amitié demeure !

 

 

 

Après le verre de bienvenu il est temps de se restaurer,

il faut  prendre des forces pour donner le meilleur de soi-même ! 

Mais le repas sera de courte durée. Soudain,

à peine le dessert avalé, certains semblent montés

sur ressort et se lèvent précipitamment. Une certaine

tension fait suite à la torpeur du repas mais  toujours dans la

bonne humeur.

 Bien que les instructions avaient été données la veille par les chefs de bord, une dernière mise au point s'impose. Le flux de paroles et l'agitation des mains que l'on peut apercevoir sur ces images  témoignent du plaisir et de l'excitation éprouvés.

     

 

 

Puis il est temps d'aller se positionner sur la ligne de départ.  Merci à Pierre,  équipier sur le Mab er Guip,  de nous  résumer  le déroulement de la course après ces quelques images du départ  puis de l'arrivée près de la cardinale de Boëdic.

.

Goask Kankred du samedi 23 septembre 2017 par Pierre Etienvre Le Priol
Sur le Mab er Guip
(équipage : Yves Etienvre - Le Priol (cdb), Pierre Etienvre - Le Priol, Danièle Abramovici, Patrick Hardouin, Jean-Louis Le Huitouze).

"Avec une ligne de départ située entre la cardinale ouest Boëdic et une plate à bord de laquelle se trouvaient Danielle Moore et Roland Gagin, le top départ de la course fut donné à 13h45. Météo favorable avec un temps clair et un vent de 8 à 10 noeuds sud est. Nous n'avons pas eu besoin de prendre de ris.
Nous avons démarré par un grand bord de largue vers Pirenn, entre l'île d'Arz et l'île aux Moines, avant d'arriver à Brouel. Après avoir passé Pirenn, nous sommes passés au près. Si Mab est arrivé 3ème à Pirenn, il est ensuite sorti 1er à la Roche Colas. Nous nous sommes ensuite dirigés vers l'est à Leoz, au ras de l'île d'Arz pointe sud. À partir de ce moment nous avions des allures portantes avec un vent de largue tribord armure. Nous avons ensuite pris la direction de l'Erne quasiment à pleine marée basse donc il nous a fallu bien rester dans le chenal. Le retour à Port-Anna s'est fait par les perches des Trois Pierres et l'Escobez où Crialeis nous a finalement dépassés après avoir progressivement rattrapé son écart.
L'arrivée s'est faite entre 16h15 et 16h30 avec Mab Er Guip second à 42 secondes derrière Crialeis, une 3ème place pour Joli Vent et 4ème Trois Frères.
Nous n'avons noté aucune erreur de navigation durant la course, mais avons constaté un léger déficit de vitesse du Mab Er Guip sous allures portantes.
L'arrivée a été des plus conviviales au mouillage à la pointe de Béluré avant que Joli Vent ne ramène Crialeis à l'île aux Moines".

 

Yves, chef de bord sur le même bateau, apporte ici deux idées pertinentes pour notre prochain rendez-vous annuel :

"Une reconnaissance ou vérification des fonds ou des cartes lorsque nous sommes passés à 0,6 mètre    (0,4 sur la carte +0,2 des hauteurs d'eau de l'horaire des marées) d'eau calculée à l'Escobez, pourrait être l'oeuvre de nos chers adhérents (avec Coffournic par exemple).
 
Par ailleurs, il serait judicieux de prévoir systématiquement un photographe  qui pourrait suivre le rythme des bateaux à bord d’une plate  car les bateaux sont menés au maximum et souvent proches les uns des autres, ce qui donne à coup sûr de belles images."

 Il nous reste à présenter nos remerciements à Yann et Patrick pour leur belle organisation, et à Roland pour ses photos et le bon coup de main sur la plate !

 

 

 

Nos soutiens