Les amis du Sinagot

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Home ON PARLE DE NOUS Dans Les Médias Un article de Ouest France. Nos bateaux à l'honneur des Régates de Port Navalo

Un article de Ouest France. Nos bateaux à l'honneur des Régates de Port Navalo

Imprimer

 

 

  • Les sinagots colorent le ciel morbihannais de leurs voiles ocres.
  • Les sinagots colorent le ciel morbihannais de leurs voiles ocres. | Ouest-France

 

Ouest-France, toute l’actualité locale et internationale

Voile. Le sinagot à l’honneur des Grandes Régates de Port Navalo

 

 

Maxime Jaglin

 

 

Jacky Urbinati, le président des Amis du Sinagot, présente ce bateau traditionnel du golfe du Morbihan, invité d’honneur ce dimanche à Port Navalo.

Avec ses voiles traditionnelles de couleur ocre et sa coque de chaloupe, le voilier de travail originaire de Séné est sur toutes les cartes postales du golfe de Morbihan. Ce bateau de pêche, de construction simple et facile à manoeuvrer, servait essentiellement à la drague aux huitres, avant de voir le moteur mettre fin à son hégémonie sur le golfe.

Une flotte parée à naviguer

« En 1969, quelques jeunes passionnés de Séné ont eu envie de faire naviguer une épave qui pourrissait sur une vasière » raconte Jacky Urbinati. « Le Vainqueur des jaloux, aujourd’hui disparu, a donc été le premier sinagot à entrer dans le patrimoine de l’association, et il prenait l’eau de toutes parts ». Depuis, l’association a fait l’acquisition des Trois frères, un sinagot d’origine classé monument historique, et du Joli vent, arraché au triste sort qui le guettait sur les berges de la Vilaine. Avec une flotte de trois sinagots, l’association colore le Port Anna à Séné.

Les sinagots du golfe du Morbihan Les sinagots du golfe du Morbihan | Ouest-France

Des bénévoles motivés

La rénovation du Joli vent a coûté 200.000 euros, et a été possible grâce au soutien de la région, du département, de la communauté de commune et de la ville de Séné, mais aussi au travail de la centaine de bénévoles que compte l’association. « L’année dernière, avec passion et engagement, ils ont fourni plus de deux mille heures de travail pour permetttre à nos bateaux d’être en parfait état, et d’affronter la navigation pendant deux cent trente jours cumulés entre avril et octobre » explique Jacky Urbinati.

Comme bon nombre d’adhérents, cet ancien de la marine est venu aux sinagots par hasard. « Je suis entré dans l’association des Amis du sinagot comme matelot, avant de devenir équipier puis chef de bord ». Sur les trois bateaux, quinze chefs de bord et trente-cinq équipiers se relayent, « dont quelques femmes, comme à l’époque où les marins partaient en mer sur les sinagots avec leurs épouses et un mousse comme seul équipage ».

Jacky Urbinati aimerait sensibiliser les plus jeunes à la passion des vieux grééments, pour qu’un jour, peut-être, naviguent comme au début du siècle dernier près de deux cent cinquante sinagots dans les contre-courants du golfe.

Les sinagots à sec à Port Anna à Séné. Les sinagots à sec à Port Anna à Séné. | Ouest-France

« Heureux et honnorés de l’invitation »

Cette année, les sinagots sont à l’honneur des grandes régates de Port Navalo qui auront lieu ce dimanche à Arzon. « Un port qui fait partie intégrante de l’histoire des sinagots, qui venaient y attendre la renverse pour passer le courant de la Jument et y vendre leurs poissons » raconte-t-il.

L’organisation de l’évènement rend hommage à la tradition cette année en organisant un défi des sinagots, qui recrée les compétitions d’antan. Les Amis du sinagot se déplacent avec trois des six bateaux encore naviguant. Grâce à cet évènement et aux autres rassemblements de vieux gréements, « les sinagots ne deviennent pas des bateaux musées, ils restent bien vivants ».

Jacky Urbinati à la barre d'un des sinagots de l'association.
Jacky Urbinati à la barre d'un des sinagots de l'association. | Ouest-France

Les Grandes régates de Port-Navalo à Arzon, Dimanche 2 Aout à partir de 13 h. Entrée libre.

 

Nos soutiens