SOUVENIRS DE NOIRMOUTIER 2009


Début Août, c’est le début des vacances et il faut déjà se préparer pour partir à Noirmoutier.

 

Le 5, départ à l’aube; Eole est absent, mais pas de problème voici Les Trois Frères en remorque de Joli Vent… jusqu’à ce que nous retrouvions Crialeis au départ à l’Ile aux Moines… pas de problème, un sinagot à couple de JV, l’autre en remorque … nous voilà partis !

Arrivés à Port Navalo, le vent est avec nous , les voiles sont vite envoyées. Au passage, nous récupérons Gilles amené par une plate. Passé la pointe du Grand Mont, il ne reste qu’à mettre les voiles en ciseau … direction La Turballe. Il y a toujours un pincement au coeur d’arriver dans un port inconnu, mais nous sommes attendu, notre merveilleuse Sonia est là, avec ses amis de l’Association Au gré des vents, qui vient de restaurer un chalutier de 1960 ( environ ). Magnifique bateau vert ( assorti à notre JV…la classe…) auquel il ne manque plus que le moteur pour reprendre la mer et apprendre le milieu marin aux jeunes et touristes. En tout cas , ne manquait pas le beurre de sardine et le kir…

Le 6 notre départ est retardé : l’orage est là , le vent au sol est Sud/ Nord, en altitude Nord /Sud… alors méfiance ! Aux premiers rayons, nous voilà partis , nous passons la pointe du Croisic. Il faut traverser la sortie de la Loire … et son courant traversier. Quelques méthaniers égaient la route, l’un nous corne … je n’étais pas tribord à la voile ?????

L’Herbaudière se présente, pas le Zodiac de Franck ( je crois qu’on est arrivé un peu plus vite que prévu…), alors on rentre sous misaine dans le port…on est arrivé !

 

Le 7 , Franck, président des Amis du Pilier ( l’ile devant l’Herbaudière avec ses 2 phares) nous a concocté le pique-nique sur l’ile. Il faut bien étudier la route pour éviter les écueils ( en utilisant deux alignement breton ( un repère devant, un autre derrière ) ( un repère à doite, un repère à gauche)!!!). La visite de l’Ile et les explications avisées de Franck sur le sémaphore, le repas offert nous raviront. Un départ de parcours est donné « à l’ancienne », c’est-à-dire au coup de canon envoi des voiles et levée de l’ancre….qui a dit que le sinagot ce n’est pas sportif ? Parcours où nous longeons encore les cailloux, et qui se finit à … La Teignouse ( on la voit pas de loin celle là c’est juste une perche!), bref on se sent en terrain quand même connu. Merci aussi au vent et au soleil.

Je ne parle pas du spectacle à croiser tous les bateaux en cours des Régates du Bois de la Chaise ( ca s’écrit dans ce sens là je crois) : 5.5 JI, Requin, J80…

 

Le Crialès et la Belle de Vilaine étaient de la partie.

 

Le Chef de bord des Trois Frères semble réfléchir à la navigation du retour.

 

 

Mais il nous faut rentrer au port de Noirmoutier en l’ile, en profitant de la marée haute. Je crois que les trois sinagots en file indienne ( soit 50 m de long …) remorqué par JV le long du ½ mile de jetée avant d’arriver au port auront fait forte impression…

Le 8, il nous faut sortir à 7H30 tant que la mer est haute…sinon journée au bistrot. Là encore, les trois sinagots sous voile, tout dessus, dans l’aube, naviguant de conserve ou se croisant, offre un spectacle dont beaucoup se souviendront. Vient alors le moment de s’échouer – avec les autres gréements traditionnels présents- sur la plage du Bois de la Chaise ( quasiment sûr du sens maintenant). On vient se poser en douceur, à guère plus d’un mètre les uns des autres… Du coup, on est plus de 2 heures avant la marée basse à 11H30, donc on repartira pas avant 16H00, ce qui laissera du temps à Jérémy pour une démonstration de play-boy…, mais aussi de répondre aux questions des spectateurs.

La plage des dame (tout un programmes : voir plus loin)

au Bois de la Chaise

Comme ils sont beaux nos sinagots sur la plage.

 

Un ensemble vocal en grande tenue (ce ne semble pas être une manécanterie) vient faire l’animation pendant que Maxime aide Robert à placer “la pioche” du Criales avant que la mer ne monte.

 

 

Beaucoups de souvenirs en perspective avec toujours l’amitié en filigrane !

Michel lève son verre ; à la santé des dames ?

Ou bien se prépare-t-il à la  dégustation d’huitres et de vin (de Vendée bien sûr) qui va de dérouler le temps de l’échouage.

Pour revenir en soirée à Noirmoutier en l’ile, nous embarquons les Miss habillées de robe en récup de voiles…aussi bien, non mieux, que Marylin au dessus d’une bouche de métro!!!

On se demande si Jérémy n’a pas de la concurrence !

Nos sinagots n’ont jamais vu ça :

un vrai défilé de mode (robes en toile de voile), des mannequins à bord !!

A Noirmoutier  en attendant l’équipage du Crialès.

Coucher de soleil un soir dans la semaine sur le port de Noirmoutier en l’île, là ou tous les bateaux étaient accostés pour la nuit pendant les festivités.

 

A l’herbaudière repas avec l’équipage du Crialès et les hôtes de Noirmoutier si chaleureux dans leur accueil..

Le 9 au matin, JV nous remorque, puis nous établissons les voiles dehors et partons pour le Golfe. Crialeis part au large, nous partons vers La baule. Un petit contre-bord devant Batz sur Mer, et nous voilà regroupés devant le Four. Un peu plus de trois heures après ( pour un petit 20 miles …), en un seul bord, nous passons Port Navalo. La rentrée jusqu’à Port-Anna, avec le plein jus rentrant, passe sans s’en rendre compte, car nous rangeons le bateau !

Nous voilà déjà revenus. Quel plein de beaux paysages, de franche camaraderie ( merci Franck , et aussi à ta « femme parfaite » !), d’amitié virile … euh …bref …à l’année prochaine !!

Les commentaires sont fermés.

Post navigation