Comment relever les cotes d’un sinagot : tout un art !

Après avoir vérifié que le sinagot était bien à plat et fait les corrrections nécessaires, Jean-Luc et Claude ont commencé à prendre les mesures.

 

Pour prendre ces mesures, il faut vérifier la perpendicularité des instruments…

 

Le premier relevé se fait à un mètre de l’étrave.

 

Le second, à un mètre du premier, et ainsi de suite…

Il faut donc repérer sur le pont les mesures…

 

Puis descendre et en vérifiant la perpendiculaire…

… mesurer à plusieurs endroits les cotes du bateau…

Pour cela il faut aller en butée jusqu’à la coque et relever la mesure.

 

Il faut ensuite reporter ces mesures sur le plan.

 

Ce travail se fait donc tous les mètres jusqu’au maître-bau pour les cotes de la gauche du plan…

 

… puis du maître-bau à l’étambot, les mesures sont reportées sur la droite du plan.

On ne prend que les cotes d’un côté, ici à tribord.

On suppose que le bateau est symétrique, même si ce n’est pas tout à fait le cas.

C’est comme pour les humains, la beauté des lignes du bateau vient de cette légère dissymétrie !

Comme le dit Paul Bonnel dans le reportage de Thalassa : “Le premier instrument du charpentier de marine, c’est l’oeil” !

Pierrette photographie les lignes harmonieuses de Joli Vent !

Les commentaires sont fermés.

Post navigation

Previous Post :