Sortie formation du 7 avril

Chacun peut se perfectionner en fonction de ses compétences.

Yves à bord du Trois Frères se montre très pédagogue.

Certains apprennent comment tourner une écoute et faire passer la misaine pendant les virements.

 D’autres s’entraînent à virer de bord seuls, sans aucune aide, il faut donc bloquer la barre et aller vite passer la misaine d’un bord à l’autre avant de revenir changer l’écoute de grand-voile de bord et reprendre la barre.

 

D’autres encore, s’initient à la prise d’un “homme à la mer”.

Ici Jean-Luc fait office de chef de bord et se met à la cap courante ( misaine à contre, grand voile choquée, barre sous le vent, il joue avec la barre et l’écoute de grand-voile pour diriger le bateau). Ainsi il récupère un homme à la mer (le bonnet de Daniel ou un seau attaché à une défense).

 

Sur le Mab, Pierre et Patrick prodiguent leurs conseils aux équipiers.

 

Le midi nous laissons les bateaux au mouillage pour pique-niquer à la pointe de Penhap.

 

Nous repartons pour de nouvelles manoeuvres. Ici Danielle s’entraîne, sous les yeux de Yves, au virement “lof pour lof” ou “empannage”.

Il s’agit de virer de bord le vent venant de l’arrière. C’est souvent une manoeuvre délicate sur un voilier mais plus encore sur un sinagot comme le Trois Frères car il faut faire passer l’écoute de grand voile sous la barre.

Première chose à faire : s’assurer en regardant vers l’avant que tout est clair, puis amener le bateau plein vent arrière.

 

Les équipiers reprennent la misaine qui passe sur l’autre bord. Ils ne doivent surtout pas lâcher complètement l’écoute de misaine mais la controler pour ne pas laisser la vergue partir vers l’avant.

L’écoute de la grand voile est légèrement reprise pour éviter à la voile de passer trop violemment d’un bord sur l’autre.

Le barreur (ou la barreuse ici) continue d’abattre (écarter le bateau du lit du vent), en amenant la barre au niveau du liston au vent.

La barreuse maintien d’une main la barre levée au-dessus du liston au vent et se prépare à attraper de l’autre main l’écoute de grand-voile sous le vent qui devient relachée au moment où elle passe au milieu du bateau.

 

C’est à ce moment précis que la barreuse doit faire passer l’écoute de grand-voile sous la barre.

 

La grand-voile passée, la barreuse peut alors redresser la barre et ici se préparer pour un nouvel empannage sur l’autre bord…

 

 

Abattre en amenant la barre sur le liston au vent, saisir l’écoute de grand-voile sous le vent…

 

… Faire passer l’écoute de grand-voile au moment où la tension se relâche, et voilà : même les petits avec des petits bras peuvent y arriver.

Merci tonton Yves pour tes précieux conseils.

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

Post navigation

Previous Post :