Histoire de mât

 

Les conditions pour monter à Brest cet été n’étaient pas optimales.

Vent dans le nez, pluie, forte houle.

Ces conditions et les contraintes du planning ont conduit  à faire le parcours aller au moteur.

 

L’avance au moteur dans la houle fait travailler les mâts  (non haubanés) de manière importante.

Au passage du Raz de Sein l’équipage s’est rendu compte que le pied du mât était détérioré et qu’une avarie était possible.

 

 

Un haubanage de fortune a été mis en place afin d’assurer le mât en attendant de trouver un port accueillant pour opérer la réparation.

Ce port a été Douarnenez où Joli Vent dés son arrivée a trouvé des professionnels qui se sont libérés pour opérer sans délai la réparation afin que notre sinagot ne soit pas en retard pour la fête.

Le mât déposé l’état du pied de mât s’avère bien mal en point !!!!

Il convient de couper la partie détériorée .

Le mât remis en place avec quelques centimètres en moins, Joli Vent va pouvoir rejoindre Brest et l’équipage respirer un peu.

Les commentaires sont fermés.

Post navigation

  Next Post :