Article du TELEGRAMME sur les 50 ans de notre association

Séné. Journées du patrimoine : embarquement immédiat

Publié le 20 septembre 2019 à 09h52 Modifié le 20 septembre 2019 à 10h41 

Le patrimoine local, ce sont aussi les Sinagots. Ils invitent à embarquer, tout le week-end depuis Port-Anna à Séné. (Les Amis du Sinagot)

Les Journées européennes du patrimoine ne sont pas qu’une histoire de vieilles pierres… mais aussi de vieilles coques ! Chaque année, Les Amis du Sinagot proposent au public de mettre les voiles. Pour marquer ses 50 ans, l’association leur donne une dimension encore plus festive comme l’explique Gérard Lucas, le président.

En quelques mots, qu’est-ce qu’un sinago ?
C’est un bateau traditionnel, emblématique du golfe du Morbihan.
Un bateau de pêche que deux à trois personnes peuvent manœuvrer. Pour tirer une drague au fond, il fallait que ce soit un bateau puissant. Avec ses deux mâts et ses voiles au tiers, il est donc fortement toilé… et surprend parfois les bateaux modernes. Comme il n’y a pas de vague dans le golfe et peu de profondeur, c’est un bateau à étrave joufflue, à arrière pointu et quasiment à fond plat. Il pouvait glisser sur les bancs de vase.

L’association fait embarquer le public sur trois sinagos. Sont-ils tous les mêmes ?
Non. « Les trois frères » est quasiment l’un des derniers sinagos construits pour la pêche, en 1943, le seul naviguant au monde. Il est classé Monument Historique. Le « Joli Vent » a, lui, été construit en 1958 pour la plaisance. Quand nous l’avons récupéré à l’état d’épave en 2006, nous l’avons remis dans l’esprit des sinagos de travail, sans roof, mais il reste plus long, plus lourd que les bateaux traditionnels. Enfin le « Mab er Guip » est une copie du « Vainqueur des Jaloux », le premier bateau pris en charge par l’association en 1969. Construit en 1933, il n’existe plus mais ses cotes avaient été relevées par des charpentiers de marine et c’est ainsi que le « Mab er Guip » a été construit en 1985 au chantier de l’île aux Moines.

 

Pour les 50 ans de l’association, vos journées du patrimoine prennent une dimension particulière ?
Comme chaque année, nous proposons aux gens de découvrir ce qu’est ce patrimoine local en naviguant, mais nous leur donnons une dimension plus festive, autour de la transmission d’autres patrimoines comme la musique, la danse, les chants et même le repas du marin. La cotriade était la soupe que les pêcheurs faisaient au retour de pêche avec les poissons abîmés et des légumes de saison. Nous avons retrouvé une recette de 1850 avec quelques herbes bizarres de l’île aux Moines !

Il y a toujours du monde sur le pont pour faire vivre ce patrimoine ?Pour ce week-end, nous serons une cinquantaine de bénévoles dont une vingtaine sur l’eau. Chaque année, nous réussissons à atteindre le millier d’adhérents et près de 200 sorties en mer, ce qui nous permet de réaliser un programme de travaux en chantier tous les six ans pour chaque bateau. Le danger, c’est le vieillissement des adhérents et donc des équipiers et équipières. Les jeunes sont plus attirés par les catamarans de sport que par ces bateaux en bois. Pourtant notre régate annuelle de sinagos, la « gwask kranket » (course des écraseurs de crabes), se joue souvent à l’arraché dans une poignée de secondes… et dans une belle camaraderie.

Pratique
À Port-Anna. Samedi et dimanche de 13 h à 17 h, embarquements sur les sinagos toutes les 30 minutes. À terre, samedi de 16 h à 20 h animations du bagadig de Vannes, à partir de 19 h cotriade (9 €), à partir de 20 h chants de marins avec l’atelier chant des Amis du Sinagot ; dimanche de 14 h 30 à 17 h 30 danses bretonnes avec le cercle Korollerion Bro Sine. Buvette et vente de crêpes sur place. Renseignements : sinagot.bzh

Culture Patrimoine Patrimoine maritime Sinagot Amis du Sinagot Gérard Lucas

page2image55676288

page3image55631360page3image55637888

Les commentaires sont fermés.

Post navigation

  Next Post :